Hommage à Mr Camille Rayon

Jusqu’au bout, il a façonné sa propre légende

“Quand il faut se battre, On se bat”

Cette phrase, lâchée d’une voix sourde, comme une devise, suffirait presque à résumer Camille Rayon, résistant de la première heure, puis homme d’affaires. Pour lui, la défaite de 1940 est pire qu’une blessure.

“Une gifle, une humiliation”

Démobilisé, il ouvre en août 1940 un bar tout près de la poste de Juan le Pins. Ce troquet d’apparence anodine ne tarde pas a devenir l’un des premiers rendez-vous de la Résistance.

Lorsqu’il entend parler d’un Général réfugié a Londres pour continuer le combat, il n’hésite pas. En quelques mois, il devient “L’Archiduc” au sein du réseau action de la France libre. Maquisard dans le Sud-Est, le commandant Camille Rayon est arrêté à quatre reprises, et à quatre reprises, il s’évade.
En 1942, il traverse la Manche et rejoint l’Intelligence Service du Général de Gaulle. Sa personnalité et sa détermination seront sans faille.

“Pendant la guerre je savais démolir, ensuite, j’ai appris a bâtir…”

Plaisantera-t-il des années plus tard. Parachuté plusieurs fois en France, il était l’un des rouages essentiels du dispositif allié dans la perspective du débarquement en Provence.

“J’ai risqué dix fois le peloton d’exécution, la prison ou la déportation”

racontait-il.

“Dans mon réseau, il y a eu 180 morts – presque un sur dix – C’est le genre d’expérience qui vous met les idées en place une bonne fois pour toutes.”

Les premiers pas d’un grand projet

“La mer a rongé la Cote, je voulais lui reprendre ce qu’elle nous a volé.”

…disait avec poésie Camille Rayon. De héros de la Résistance, Camille Rayon devient bâtisseur. A Juan le Pins, il est à l’origine de la “maison des pêcheurs”, dans les années soixante.

Au contact de ces gens de mer, il se rend compte que les abris manquent pour leurs embarcations… Atypique mais surtout visionnaire, il se lance alors dans la conquête d’espaces maritimes en vue de créer des abris pour accueillir leurs bateaux.

Inventeur du concept moderne des ports de plaisance, il est le promoteur d’une trentaine d’ouvrages portuaires. La liste est longue, du port Galice jusqu’à la Marina d’Hammamet en Tunisie.

Sa consécration dans le domaine portuaire a lieu a Golfe Juan le 1er Juillet 1989 lorsque la Municipalité décide de baptiser son dernier chef d’œuvre « Port Camille Rayon » en remerciement de son dévouement et pour consacrer les liens très forts qui les unissent.

Fait remarquable car rares sont les concepteurs qui ont l’honneur de voir leur ouvrage porter leur nom. Son patronyme est a l’honneur au port d’Antibes : le « Quai Camille Rayon »

Commandant Rayon, un marin alors ? Un grand amoureux de la Mer, plutôt… Une personnalité attachante et hors du commun. A plus de cent ans il continuait à se projeter dans l’avenir.

 

“Il faudrait vivre 1000 ans pour réaliser tous les projets que j’ai en tête.”

Notre Président d’Honneur Monsieur Camille RAYON

s’est éteint le 13 septembre 2014 à l’âge de 101 ans

à Antibes, sa ville natale.